Une industrie culturelle en développement : l’Architecture en Terre

     

UNE « INDUSTRIE CULTURELLE » EN DÉVELOPPEMENT : L’ARCHITECTURE EN TERRE

SOUTENU PAR LE PROGRAMME ACPCULTURES+, MIS EN ŒUVRE PAR LE SECRETARIAT DES ÉTATS ACP ET FINANCE PAR L’UNION EUROPEENNE

Au Niger, le secteur culturel est confronté à des difficultés majeures : un budget public très faible, un manque de structures culturelles publiques ou privées et de manifestations culturelles, un besoin de rénovation du Musée National Boubou Hama (MNBH) et des Musées régionaux, dont les collections sont peu valorisées et peu protégées.  Plus particulièrement, la promotion du patrimoine culturel national (l’habitat vernaculaire en terre et la diversité des techniques de construction traditionnelles), le développement des savoirs et la créativité artistique sont handicapés par la modicité des ressources publiques. Cependant le pays manifeste un intérêt pour l’architecture en terre, d’autant que la croissance démographique et l’exode urbain nécessitent de se poser dès aujourd’hui la question de l’habitat, de l’aménagement et du paysage urbain. En vue de répondre à ces enjeux, le CISP et ses partenaires souhaitent, dans une approche de développement durable, promouvoir et renforcer l’industrie culturelle que constitue l’Architecture en matériaux locaux. Il s’agit plus particulièrement de développer des synergies de coopération professionnelle entre les pays partenaires (Niger, Mali, Burkina Faso, Cameroun), en s’appuyant sur le renforcement technique et entrepreneurial du secteur professionnel de l’architecture ; et d’accompagner la prise de conscience citoyenne et politique du fait que des techniques appropriées de l'Architecture en Terre puissent satisfaire les attentes et les besoins d'une société en mutation. Le projet met l’accent sur la formation et la promotion de l’architecture en terre. Il sera mis en œuvre par une structure partenariale innovante, en mixant le secteur du développement au secteur privé. L’historique de coopération au Niger entre le CISP, le MNBH et la Direction du patrimoine facilitera la bonne marche du projet et son appropriation institutionnelle.

Bénéficiaires du projet

Les visiteurs du Musée National Boubou Hama, des Musées Nationaux de Bamako, Ouagadougou et Douala,  des 8 Maisons de la Culture et des 2 Musées régionaux de Dosso et Zinder ; les professionnels du secteur de l’architecture en terre ; environ 100 entrepreneurs du secteur privé liés à l’architecture en terre au Niger ; 1800 jeunes de 10 à 20 ans qui participeront aux ateliers-découverte et les élèves en maçonnerie des centres de formation par apprentissage du Niger ; les institutions et groupes chargés de la conservation, protection et valorisation du patrimoine architectural du Niger : le Musée National du Niger (MNBH) ; le Ministère en charge de la Culture.

Les résultats attendus

Le patrimoine architectural en terre est inventorié et diffusé ;
Le pavillon de l’architecture en terre est crée et aménagé ;
Les capacités techniques et entrepreneuriales du secteur professionnel de l’architecture en terre sont renforcées ;
Les réseaux nationaux et transnationaux sont actifs / la coopération entre les pays africains est activée.

Les activités du projet

Réalisation d’un inventaire du patrimoine architectural en terre : identification du patrimoine architectural en terre dans les 8 régions du Niger (au minimum 200 édifices) ;
Création d’outils pédagogiques et didactiques pour faire connaître les techniques de construction en terre  sur base des données récoltées ;
Formation de 18 animateurs sur l’architecture en terre et organisation de modules de formation en entreprenariat de 80 professionnels de l’architecture en terre ;
Réalisation de 112 « ateliers-découverte de l’architecture en terre et des matériaux locaux » ;
Organisation d’une exposition itinérante (22 lieux) pour la mise en réseau d’espaces culturels ;
Construction et aménagement du pavillon de l’architecture en terre au sein du MNBH ;
Immersion de 15 professionnels de l’architecture en terre, 30 maçons et artisans confondus, et 50 professionnels de la construction formés lors du chantier-école ;
Préparation et organisation d’un colloque « La Semaine du patrimoine architectural et de l’architecture en terre »; organisation du Salon de l’habitat et des matériaux de construction en marge du colloque ; organisation de 10 conférences thématiques mensuelles et création de 10 fiches techniques issues des conférences ;
Création du réseau Africain de l’Architecture en Terre ;
Plaidoyer pour l’adoption de nouveaux textes de lois au niveau national et régional pour la reconnaissance de la construction en terre, et notamment la construction sans bois.

La durabilité de l’action

De manière transversale, l’action proposée, valorisant l’architecture en matériaux locaux, respectueuse des traditions et du contexte bâti, s’inscrit dans les objectifs de protection de l’environnement, de lutte contre le changement climatique et la désertification, de préservation des cadres de vie, de gestion des ressources naturelles et réduction des gaspillages d’énergie suscités par les transports internationaux des matériaux. 

Les Musées de chaque pays seront impliqués dans toutes les activités et seront garants de la durabilité de l'action. L’appui actif de la Direction du Patrimoine et l’Agence de Promotion des Entreprises et des Industries Culturelles du Niger au projet constitue également une des garanties de durabilité du projet, grâce au rassemblement de plusieurs acteurs et leur structuration en réseau autour d’un plan commun d’actions et de priorités pour la Culture dans les années à venir.

Au niveau économique, les impacts de l’action sont multiples : la construction du « Pavillon de l’Architecture en Terre », un édifice visible et permanent, donne un nouveau visage contemporain à l’architecture en terre, condition première afin de faire découvrir le potentiel de ce secteur et pour attirer les investisseurs dans ce domaine. Les 3 prototypes construits apporteront un revenu fixe pour le MNBH pour la location de ces constructions en tant que guest-house. En permettant aux populations de mieux connaitre leur histoire nationale et commune, l’action va renforcer la cohésion sociale.

Partenaires 

Association nigérienne de la construction sans bois (ANCSB), Niger

Bâtisseur sans Frontière (BSF), Mali

Development Workshop Burkina Faso (DWBF), Burkina Faso

Afrique sans Frontières / bâtir et développer (B&D), Cameroun

Cabinet ADOBE, Niger

Cabinet Architerre Mali

Associés

Agence de promotion des entreprises et industries culturelles du Niger (APEIC), Niger

L’Ecole du Patrimoine Africain (EPA),

Le Musée National Boubou Hama

-----

Lien du projet

 

Earth-based architecture: a developing cultural industry

SUPPORTED BY THE PROGRAMME ACPCULTURES+  IMPLEMENTED BY THE SECRETARIAT OF THE ACP GROUP OF STATES AND FUNDED BY THE EUROPEAN UNION

Major difficulties confront the cultural sector in Niger: a very weak public budget, a lack of public or private cultural frameworks and cultural events, the need to renovate the Boubou Hama National Museum (MNBH) and regional museums whose collections are little valued and under-protected. More particularly, promotion of the national cultural heritage (the vernacular earth habitat and the diversity of traditional construction techniques) and the development of knowledge and artistic creativity are handicapped by insufficient public resources. However, the country demonstrates an interest in earth-based architecture, insofar as demographic growth and the urban exodus necessitate that the question of habitat, the urban landscape and planning be raised today. With a view to responding to these challenges, the CISP and its partners, using a sustainable development approach, want to promote and strengthen the cultural industry that architecture using local materials constitutes.

More particularly, it involves developing professional cooperation synergies between the partner countries (Niger, Mali, Burkina Faso and Cameroon) by relying on the technical and entrepreneurial strengthening of the professional architecture sector; and by guiding citizen and political awareness to the fact that appropriate earth-based architecture techniques can satisfy the expectations and needs of a changing society. The project highlights training in and the promotion of this type of architecture. The history of cooperation in Niger between the CISP, the MNBH and the Direction of Heritage will facilitate the smooth running of the project and its institutional appropriation.

Project beneficiaries

Visitors to the Boubou Hama National Museum, the National Museums of Bamako, Ouagadougou and Douala, the eight Maisons de la Culture and the two Dosso and Zinder regional museums; professionals in the earth-based architecture sector; around 100 entrepreneurs from the private sector with links to earth-based architecture in Niger; 1,800 young people between the ages of 10 and 20 who will take part in the discovery workshops and apprentice masons from the apprenticeship training centres in Niger; the institutions and groups responsible for the conservation, protection and enhancement of Niger’s architectural heritage; the National Museum of Niger (MNBH); the Ministry in charge of Culture.

Expected results

- The earth-based architectural heritage is inventoried and disseminated;

- The earth-based architecture pavilion is created and fitted out;

- The technical and entrepreneurial capacities of the earth-based architecture professional

sector are strengthened;

- The national and transnational networks are active / there is active cooperation between African countries.

Partners

Association nigérienne de la

construction sans bois

(ANCSB), Niger

Bâtisseur sans Frontière

(BSF), Mali

Development Workshop Burkina

Faso (DWBF), Burkina Faso

Afrique sans Frontières / bâtir et

développer (B&D), Cameroon

Cabinet ADOBE, Niger

Cabinet Architerre, Mali

---

Project Link

 



Related Stories
Related Analysis
Project contents